La reconnaissance à vie pour TP

La reconnaissance à vie pour TP

Rédigé le 12/11/2019
Sixtine Moullé-Berteaux

1

De Oscar Ferrara.


Grand moment d’émotion avant-hier soir à l’AT&T Center de San Antonio : l’ancien meneur et légende des Spurs de 2001 à 2018 Tony Parker a vu son maillot floqué du numéro 9 « retiré ». Celui-ci sera affiché en grand tout en haut de la salle texane aux côtés des 3 légendes de son sport et anciens coéquipiers présents pour l’occasion : David Robinson mais surtout ses grands amis Tim Duncan et Manu Ginobili avec lesquels il a passé respectivement 16 et 17 saisons et remporté 4 fois la NBA (2003, 2005, 2007 et 2014). Il devient par la même occasion le 1er français et le 10ème joueur des Spurs à recevoir cette distinction.

Hommage pour l’éternité :

Quelle fierté ! La soirée qu’a passé Tony Parker avant-hier restera à jamais dans l’histoire du basket français. Réussir dans ce sport à ce point aux États-Unis était un exploit qu’aucun Européen n’avait réalisé et il l’a fait. À la suite de la défaite des Spurs face à Memphis, la franchise de San Antonio lui a réservé une cérémonie pour le remercier de sa carrière en présence de sa famille et de ses amis. Cette coutume qui vient du hockey sur glace et qui s’est répandue dans le sport américain est considérée comme une récompense ultime symbolisant la reconnaissance de la franchise envers les athlètes qui ont contribué à écrire son histoire. Et lui aussi a tenu à montrer son attachement à cette ville où il écrivit sa légende :  « Merci, San Antonio. Ça fait du bien d’être à la maison. Ici ce sera toujours la maison pour moi. C’est très émouvant » dit Tony. Le portrait de TP dressé par son mentor et coach Gregg Popovitch a été un moment fort de la soirée et n’a pas manqué de faire sourire les spectateurs de l’AT&T center : « Je veux m’excuser pour les abus physiques et moraux que je t’ai fait subir… Mais la vérité, c’est que j’ai été le plus chanceux des hommes de te faire jouer et de te voir à présent rentrer dans le panthéon de la gloire. Tu as rendu ma vie plus riche. » déclare « coach Pop » devant un TP au bord des larmes.

Une carrière d’exception :

 Arrivé à San Antonio en 2001 après 2 saisons au PSG Racing, le jeune meneur a vite trouvé sa place dans l’équipe de Gregg Popovitch (le coach emblématique de la franchise) et devient rapidement titulaire durant sa 2ème saison. Et dire que sa carrière démarre sur les chapeaux de roue n’est pas un euphémisme puisque William Anthony Parker Jr devient champion NBA en 2003 et 2005 mais c’est en 2007 que celui que l’on surnomme TP9 atteint le sommet de sa carrière. Pendant les finales NBA opposant les Spurs de San Antonio aux Cleveland Cavaliers de LeBron James, le meneur français récite son basket et est logiquement désigné MVP des finales ce qui fait de lui le premier joueur européen à recevoir cette distinction. À seulement 25 ans, le voici avec 3 bagues (accessoire qui symbolise un titre de champion NBA) et un statut de star mondial. Mais un si grand champion ne s’arrête pas là. Après un retour en France à l’Asvel en 2011, il retrouve les finales NBA en 2013 mais s’incline face au Heat de Miami au terme d’un des plus beaux affrontements de l’histoire de la grande ligue. Il aura sa revanche un an plus tard et remporte son dernier titre. Il restera jusqu’en 2018 avant de finir par une saison à Charlotte.

En 17 ans sous le maillot noir et blanc de San Antonio, il aura disputé 1198 matchs pour cumuler en moyenne par match 15,8 points, 2,8 rebonds et 5,7 passes. Il aura aussi formé l’un des meilleurs Big 3 de l’histoire avec Tim Duncan et Manu Ginobili. Il a également fait parler son talent en équipe de France en remportant en 2013 le seul titre du basket français (Euro) et restera sans aucune contestation le plus grand basketteur français de l’histoire. Merci TP et bon vent champion.

(https://youtu.be/NKCMKDVFlGE)


Vous en reprendrez un peu ?

Sur le même thème :

Récemment paru :


Retrouvez Le Crayon Politique sur les réseaux sociaux :

Twitter // Instagram // Facebook // LinkedIn