Jules Stimpfling

Jules Stimpfling



Responsable du contenu

Suivre sur Twitter.

Suivre sur LinkedIn.

 Un froid de toundra dans l’analyse, une rationalité d’athée, j’entrevois les faits dépouillés de l’émotion, pour le meilleur comme pour le pire. Je crois à la pluralité des morales et des vérités, qui toutes m’intéressent autant que leurs colporteurs. Le monde n’attend que d’être exploré, ma curiosité n’a pas de bornes et elle outrepasse les tabous. Je fouille les tréfonds des turpitudes humaines, dévore les histoires singulières et me nourris des idées qui bousculent les certitudes établies. Je crois que tout est politique, car le politique se loge en chacune de nos actions.

« Je suis » Français à la manière de Bigflo et Oli, je revendique la pluralité, le droit à laisser mon cœur osciller entre Booba et Cyrano sans devoir choisir, à grandir de la confrontation des points de vue, à récuser l’anathème intellectuel et le rétrécissement de l’esprit à un champ de bataille frontal : « soit tu es avec moi, soit tu es contre moi » ; Le Crayon est l’aspiration à réunir les deux. Mon panthéon personnel réserve une place aux écrivains et aux intellectuels, car c’est par la pensée que se révèle la profondeur humaine et c’est elle qui l’étudie. Ici, nous pensons par les mots dans leur expression du XXIe siècle. « Seuls les sots pensent que plaisanter, c’est ne pas être sérieux », écrivait Platon. Je dirais que Le Crayon est une grande gouaille qui ne laisse rien de côté, plonge sa mine dans le siècle et s’y taille une place à grands traits de brocards.

Une citation : « Il était possédé par le pur surgissement de la vie, la puissante vague de l'être, […] la vie rayonnait et se déchaînait, s'exprimait dans le mouvement, s'élançait en exultant sous les étoiles et en piétinant la matière inerte qui gisait inanimée. » (Jack London, L’appel de la forêt)

Un défaut : ne pas savoir choisir entre deux défauts

Une requête : Ne me vouez pas aux gémonies si le contenu du Crayon vous déplaît, mais écrivez-moi plutôt un message. Et respirez, demain on soutiendra votre avis.