Environnement : une nouvelle vocation ?

Environnement : une nouvelle vocation ?

Rédigé le 30/10/2020


De Manon Beau.


C’est maintenant que pourrait s’opérer le tournant environnemental majeur tant attendu ! Au premier abord, cette idée peut sembler utopique. En effet, à l’heure où la société et l’économie fonctionnent au ralenti, le défi de concilier situation sanitaire et protection environnementale paraît difficile à relever. Et pourtant, pourquoi ne pas profiter de cet instant comme suspendu dans le temps pour prendre les devants et te lancer dans un projet pour l’avenir ?

Implication environnementale et économie verte, encore un luxe ?

En décembre 2019, un rapport publié par l’UNESCO révélait l’implication de presque tous les pays dans l’éducation face au changement climatique.

En Inde, à l'occasion de la Journée mondiale de la paix, les écoliers ont participé à un événement en ligne nommé « Peace is green » censé sensibiliser les enfants vis-à-vis de leur impact environnemental. Au Qatar, le mouvement arabe pour le climat de la jeunesse Qatar (AYCMQA) et le Qatar Green Building Council (QGBC), ont récemment lancé une nouvelle initiative visant à sélectionner parmi 300 candidats, 22 jeunes ambassadeurs de l’environnement pour le pays.

Début octobre en France, le ministère de l’économie, des finances et de la relance désignait la France comme le premier pays au monde à mesurer l’impact du budget de l’État sur l’environnement. Ce fameux « budget vert », dont l'objectif est d’intégrer au mieux les enjeux environnementaux dans les politiques publiques, est la preuve de l’importance donnée aux questions environnementales dans les systèmes politiques.

Néanmoins, si les avancées environnementales sont loin d’être négligeables, des limites persistent tout de même. L’Afrique de l’Ouest reste touchée par la pauvreté malgré sa croissance, avec un peu plus de 50 % de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté. Sa situation économique et sociale rend alors difficile le passage à une économie verte.

Les mentalités ont évolué, mais les savoirs en matière environnementale restent pour beaucoup à acquérir. Le combat pour un avenir plus vert n’est donc pas gagné et c’est là que tu as ton rôle à jouer !



Alors, où et comment t’engager ?

En plus des petits gestes quotidiens, il y a une multitude de manières de t’engager plus concrètement pour l’environnement. En réalité, il en existe tellement qu’on s’y perd un peu ! Voilà donc quelques informations pour t’aider à y voir plus clair :

• S’engager dans une association pour l’environnement

- Déjà demande toi si tu veux agir au niveau régional, national, ou international : Cela te permettra d’ores et déjà d’affiner ton choix.

  • -  Interroge-toi ensuite sur ton niveau d’engagement : Pour faire entendre ta voix, les sites tels que Greenpeace proposent régulièrement des enquêtes en ligne. Un moyen simple et rapide de faire passer tes idées pour commencer. Si tu veux aller sur le terrain et te faire entendre plus largement, tu peux également rejoindre l’association Youth for Climate qui bénéficie par ailleurs d’une forte représentation médiatique !

  • -  Informe-toi enfin sur les missions à effectuer : Si tu comptes t’engager pour une cause plus spécifique comme la protection des animaux sauvages ou le zéro déchet, des associations comme l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) ou encore Zero Waste France pourraient davantage te convenir.

       • Deviens ambassadeur pour le climat

Pour devenir jeune ambassadeur pour le climat tu peux te renseigner auprès de l’Association des Jeunes Ambassadeurs pour le Climat (JAC) sur le site jac-asso.fr !

       • L’éco-vonlontariat tu y as pensé ?

  • -  Si tu aimes les animaux, la nature et les voyages, alors ce type d’engagement pourrait particulièrement te plaire. En tant qu’éco-volontaire tu agis sur le terrain au contact des locaux, des animaux et des espaces naturels. Tes missions sont diverses et varient selon la région du monde où tu réalises tes actions. Ces dernières peuvent aller de l’aide aux agriculteurs à la protection des récifs coralliens en passant par l’entretien des milieux naturels.

  • -  Pour participer à ce type d’action : tu dois généralement être majeur. La plupart du temps, tu n’as pas besoin d’expérience spécifique sauf si tu souhaites t’engager dans un projet bien particulier. Avoir une connaissance dans la langue du pays dans lequel tu t’engages est souvent nécessaire, de même qu’avoir une bonne condition physique et être parfaitement autonome.

  • -  Comment participer à ce type d’action ? Si tu es salarié, renseignement toi sur les congés éco-solidaires qui permettent d’avoir des congés/RTT financés par les employeurs afin de partir en mission pour l’environnement. Si tu es étudiant ou jeunes diplômé tu peux t’expatrier à titre personnel ou via des stages conventionnés selon ton âge, ton niveau d’études et ta période de séjour. Assure-toi tout de même d’avoir les moyens financiers de subvenir à tes besoins en cas de problèmes sur place.

  • -  Deux types d’éco-volontariat : L’éco-volontariat bénévole est la forme la plus courante. L'accueil du volontaire est gratuit ou une faible participation financière est demandée pour les frais de séjour (logement/nourriture). Cette participation ne doit en aucun cas financer la structure et le programme de conservation ! L’éco-volontariat indemnisé : Il dure de six mois à un an et est indemnisé par l’État à raison d'environ 550€/mois. Il permet d'intégrer l'équipe d'une association et d'acquérir une expérience non négligeable.



Pourquoi t’engager ?

Ce n’est pas toujours simple de s’engager quand on est jeune. Entre les cours, la famille, les sorties, le temps semble souvent nous manquer. Pourtant, ce sont ces actions que tout le monde n’a pas qui feront ta force et forgeront ton profil dans ta future profession. Et si ton travail au contact des espaces verts d’aujourd’hui devenait ton métier de demain ? Le secteur de l’environnement recrute ! Les jeunes issus des formations dans les domaines de la prévention des pollutions et de l’énergie jouissent de bonnes opportunités en terme d’insertion professionnelle.

Si l’on s’intéresse aux professions dites « écologiques », les salaires nets moyens mensuels les plus importants s’inscrivent dans les métiers d’ingénieurs en traitement sanitaire des eaux et des déchets industriels (4000 euros net par mois et plus de 3500 euros net par mois). Le niveau d’expérience demandé est souvent de l’ordre de bac + 5. Les recrutements à bac +2 sont néanmoins majoritaires dans les métiers de technicien en agriculture biologique.

De plus en plus d’école se spécialisent dans les questions environnementales. Certaines écoles d’ingénieurs préparent également aux métiers de l’environnement.



Et si tu visais encore plus haut ?

Tu as maintenant toutes les clés en main pour créer l’avenir qui te convient ! Et c’est en commençant par des petits engagements que tu pourras défendre plus largement tes idées. Cette année, Nathan, un étudiant de 21 ans a été nominé pour devenir membre d'un groupe consultatif sur les actions climatiques et environnementales auprès du secrétaire général des Nations Unies. Militant depuis l’âge de 15 ans, Nathan est également porte- parole du Youth and Environment Europe (YEE) et coordinateur de Generation Climate Europe qui vise à inclure la jeunesse dans les processus décisionnels à l'échelle des institutions européennes.

De plus en plus de jeunes s’engagent, alors POURQUOI PAS TOI ?


Source et images libres de droit :

  • -  http://www.qapa.fr/news/cop-21-emploi-tout-savoir-sur-les-emplois-ecologiques-541/

  • -  https://infos.emploipublic.fr/article/marche-de-l-emploi-et-metiers-de-l-environnement-un-plus-face-a-la- crise-eea-7271

  • -  https://www.letudiant.fr/lifestyle/vous-faites-l-actu/article/un-etudiant-francais-est-nomme-conseiller- climat-aupres-de-l-onu.html

  • -  https://youthforclimate.fr/groupes-locaux/paris-idf/-  https://www.stepstone.fr/conseils-emploi/5-bonnes-raisons-de-travailler-dans-le-secteur-de- lenvironnement/

  • -  https://www.etudiant-voyageur.fr/ecovolontariat-international/

  • -  http://www.volontairesnature.org

  • -  https://www.cybelle-planete.org/ecovolontariat/conseils/questions-frequentes.html#Q50

  • -  https://www.greenpeace.fr/covid-19-climat-et-environnement-5-questions-a-se-poser/https:// www.economie.gouv.fr/budget-vert-france-1er-pays-monde-mesurer-impact-budget-etat-environnement

  • -  http://jac-asso.fr

  • -  https://www.la-croix.com/environnement/COP15-biodiversite-debut-Rome-negociations-protection- ecosystemes-2020-02-24-1201080233

  • -  https://www.construction21.org/france/articles/fr/l-economie-verte-en-afrique-de-l-ouest-quelles- solutions.html

  • -  https://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/10/la-croissance-verte-n-est-pas-un-luxe-c-est-une- opportunite-de-developpement_1699178_3244.html

  • -  Gulf today « school students and the environnement » article du 7 octobre 2020


Vous en reprendrez un peu ?

Rejoignez nous sur les réseaux sociaux : 

► Facebook ► Instagram ► Twitter ► YouTube