Un peuple nains: L’Homo Floresiensis

Un peuple nains: L’Homo Floresiensis

Rédigé le 21/10/2020


De Paulin Mainot.


Au cours des derniers millénaires, notre espèce a bel et bien été la seule espèce humaine dans les parages, mais en remontant l’horloge du temps, bien avant que l’Homo sapiens ne s’impose comme l’espèce dominante, on se rend compte que la terre était peuplée de nombreuses espèce d’Homme. Parmi elles, on y retrouve notamment l’Homo Neanderthalensis, plus connu sous le nom de “Neandertal” ou encore l’Homo Erectus (“Homme dressé”) qui fut l’espèce humaine ayant survécut le plus longtemps sur terre avec près de 2 millions d’années. Encore aujourd’hui il est difficile de situer le nombre d’espèce ayant vécus sur terre, la plupart se sont éteintes il y a de cela des milliers d’années et il est fort probable que de nouvelle découverte viennent agrandir la famille d’Homo dans le futur. Quoi qu’il en soit, les anthropologues ne pourront jamais affirmer avec certitude avoir répertorié l’ensemble des espèces humaines qui ont abrité cette planète pour la simple et bonne raison qu’il est probable que certaines d’entre elles n’aient à ce jour plus de trace visible de leurs existence.



En 2003 lors d’une exploration dans la grotte de Liang Bua sur l’ile indonésienne de Florès, l’équipe d’archéologues dirigée par  Mike Morwood firent une étrange découverte: un crâne fossilisée au volume bien inférieur à celui de l’homme moderne. Après analyse des fossiles par le paléontologue australien Peter Brown les résultats sont sans appel, les chercheurs ont mis la main sur ce qui s’apparente  être une nouvelle espèce humaine.  Baptisé Homo Floresiensis, “Homme de Florès” ou encore Hobbit en référence aux livres de Tolkien ils se seraient éteint il y a de cela 60 milles ans après n’être resté en vie que 4o milles ans sur terre, ce qui en ferait l’espèce humaine ayant survécu le moins longtemps. Ils étaient caractérisés par leurs petite taille, environ 1 mètre pour un poids allant de 16 à 28kg. Beaucoup de questions se posèrent sur leur évolution et pendant de longue années les scientifiques ne pouvaient se mettre d’accord. La théorie la plus plausible est celle du “nanisme insulaire”, l’évolution de cette espèce serait étroitement lié à leur isolement. 

En restant coupé du monde pendant des millénaires, la sélection naturelle aurait alors conduit les ancêtres de l’Homo Floresiensis  vers une taille plus petite. Cependant, ils ne furent pas les seuls à subir des changements biologique et morphologique,  il semblerait que l’île eu abritée une faune bien particulière: imaginez-vous un stégodon (genre éteint de proboscidiens éléphantiformes) d’à peine 2m50 de hauteur ou un rat géant (Papagomys) de près de 50cm. La limitation des ressources de l’île ne permettant pas d’assurer les besoins alimentaires des gros mammifères les ont poussé vers une réduction de taille, tandis que les petits animaux, n’étant la cible d’aucun prédateur se sont vus  grossir davantage. 

Phénomène bien connu chez l’animal,  l’Homme de Florès fut le premier cas de nanisme observé chez l’Homme, prouvant donc bien la plasticité de notre espèce face aux contraintes environnementales. 



L’origine des ancêtres de Homo Floresiensis  fut également très longuement contestés jusqu’à la publication d’une étude dans le Journal of Human Evolution en 2017 venant mettre un terme à toutes controverse. L’Homo Floresiensis n’est ni un Homo sapiens malade, atteint de microcéphalie ou trisomie 21,  ni le descendant d’Homo Erectus, hypothèse la plus plausible jusqu’à lors. L’étude en question avait pour but de déterminer l’origine des Hobbits en testant les différents hypothèses défendues par les spécialistes.

 Pour cela ils avaient à disposition 133 échantillon crânien, post-crânien, dentaire et mandibulaire collectés de différentes espèces d’Australopithèque et d’Homo incluant: A. africanus; A. sediba;      H. habilis; H. rudolfensis; H. erectus; H. georgicus, H. naledi;                  H. Florensiensis et H. sapiens. Au terme de l’enquête les chercheurs en conclurent que les Hobbits seraient en réalité un lointain cousin de l’Homo Habilis, ce qui nous fait remonter le temps il y a de cela près de 1,75 millions d’années, remettant alors en cause la théorie du nanisme insulaire. 

L’arrivée des ancêtres présumés de l’Homo Floresiensis est à l’heure actuelle inconnue. Certains comme l’archéologue Adam Brumm parle d’un tsunami qui aurait emportée une population d’humain sur l’ile, d’autres émettent l’hypothèse d’une glaciation ayant permis un abaissement du niveau de la mer et donc un accès à l’ile indonésienne par la marche. La fonte des glaces et le niveau de la mer augmentant auraient alors coupé l’accès à l’ile en piégeant ceux qui s’y trouvaient déjà. Mais une fois de plus, aucun élément ne peut à ce jour venir valider avec certitude l’une de ces hypothèses, et à moins de l’invention d’une machine à remonter le temps nous permettant d’aller explorer les siècles et millénaires passés, l’arrivée des Hobbits sur l’ile de Florès restera à jamais un mystère.

l’Homo Floresiensis reste encore à ce jour un gros point noir de l’histoire de l’évolution de notre espèce, nous n’en savons que trop peu sur son mode de vie, ses cultures et ses croyances. Certains pense qu’il aurait maitrisé le feux tandis que d’autres en doutent. Mais quoi qu’il en soit, sans preuves fiable, on devra se cantonner à de simple hypothèses car même si ont les qualifies parfois comme étant incontestable, de nouvelles découverte peuvent toujours venir bouleverser tout ce que l’on pensait savoir jusqu’à lors.


Sources: 

Sapiens-Yuval Noah Harari

L’Homme de Florès/Homo Floresiensi-Histoire du temps

Homo Floresiensis/The Hobbit-Hominidés

Argue,D.,et al., The affinities of Homo floresiensis based on phylogenetic analyses of cranial, dental, ans poscranial characters, Journal of Human Evolution (2017)

The Hobbits of Flores Island: Myth,Magic, Majesty of Homo floresiensis-Dr.Janet Monge 

Homo Floresiensis-Wikipédia


Vous en reprendrez un peu ?

Rejoignez nous sur les réseaux sociaux : 

► Facebook ► Instagram ► Twitter ► YouTube